Cravate ou tatouage? Nous, le choix est fait...

Portrait de Maéva, Ink Girl "Occitanie" 2019



-Pouvez vous vous présenter ?


Je m'appelle Maëva, j'ai 31 ans et je suis aide médico-psychologique en EHPAD.  En couple et mère de famille. Je possède 7 tatouages dont 1 pièce full front, c'est-à-dire une pièce de la poitrine jusqu'au cuisse exécuté par Prissy del Rey.

-Pour quelle raison avez vous eu envie de vous tatouer ?

C'est une envie que j'ai eu depuis ma tendre enfance, j'ai toujours aimé  les personnes portant des tatouages et mon plus loin souvenir, j'avais environ 4 ans, mes parents allaient au bureau de tabac acheter des cigarettes et à chaque fois ils me ramenaient des décalcomanies et j'étais très fière.  Plus grande je réfléchissais déjà à certains motifs que je voulais porter. Heureusement que nous évoluons et les techniques de tatouage aussi, on aurait bien ri du résultat. A présent dès que j'ai eu ma première paye je suis allée me faire tatouer un ange représentant ma petite fille. Donc la raison et bien, j'aime tout simplement ça.

-Que ressentez vous vis à vis du regard des gens ?

Je craignais plus le regard des autres quand j'étais plus jeune ou enfant car on me dévisageait et du coup je restais discrète dans mon coin je ne comprenais pas pourquoi on me regardait comme ça. J'étais rejetée pour ma propre personne pendant des années, j'ai subit du harcèlement scolaire très longtemps. Depuis que j'ai mes tatouages ou piercings on me regarde mais j'en ai rien à faire car là il y a une bonne raison de me regarder pour le coup et connaissant la stupidité de la majorité des personnes quand elle me regarde mal je me dis que ces pauvres gens n'ont pas grand chose d'intéressant dans leur vie. En France les regards sont très critiques alors que dans d'autres pays on peut être très tatoué et ce n'est pas controversée, on peut trouver du travail facilement. Peut-être qu'un jour la France va évoluer sur le regard des personnes avec des modifications corporelles mais pour l'heure je pense qu'il faut encore attendre une décennie de plus.

-Professionnellement, cela vous pose-t-il problème ?

Au niveau professionnel cela fait 10 ans de carrière dans le médical, mon premier poste on m'a stipuler que la directrice n'aimait pas les piercings et les tatouages, elle l'a fait retirer des piercing au nez avant que j'arrive dans l'entreprise, moi je l'ai gardé je n'ai pas eu de problème mais un an après quand elle a su que plusieurs d'entre nous avions des tatouages, elle n'était pas très contente moi j'ai pu juste argumenter en disant que les personnes âgées trouves ça très mignon et très drôle et que les familles nous demandent où est-ce qu'on va pour se faire tatouer. Du coup il n'y a pas eu de suite mais j'ai constaté au fil des années que le milieu médical était très tatoué et cela se passe très bien avec les patients tant que nous sommes propre sur soi, je ne vois pas le souci. Nous n'agressons pas les gens avec nos tatouages. On peut constater que c'est plus au niveau administratif et des patrons que cela dérange. 

-Que diriez vous aux professionnelles qui interdisent de dévoiler les tatouages ? Il n'y a pas grand chose à dire juste que dans quelques années elles vont être rare les personnes sans tatouage , je pense donc que discriminer pour un tatouage c'est très réducteur et donc fait preuve de peu d'intelligence.

-Pouvez vous nous décrire vos plus belle pièces ?

Depuis très longtemps je voulais me faire tatouer quelque chose pour représenter le bien et le mal, choses qui nous entourent et qui nous constituent. J'hésitais avec le fameux ange et démon fait en réalisme fantastique ou avec des symboles puis une connaissance qui est tatoueuse Prissy del rey recherchait une personne pour un grand tatouage sur le devant du corps, déjà très fan de son travail, elle avait déjà tatoué mon compagnon. J'ai pris contact avec elle car son projet m'intéressait beaucoup et la phrase que j'ai de tatoué sur le corps "In the land of gods and monsters" me parlait beaucoup. Elle est tirée d'une chanson de Lana del Rey que j'avais entendu dans la série American Horror Story et puis quand j'ai vu le clip de la chanson ça a fait déclic, coup de foudre pour ce tatouage. Je remercie Prissy pour ce formidable travail et ces heures de tatouage.


-Que conseillerez vous aux personnes qui souhaitent faire un premier tatouage ? Ce que je conseillerais de faire, c'est le tour des tatoueurs, ne pas s'arrêter dans le premier shop que vous voyez. Il y a pleins de shop qui poussent chaque année dans plusieurs villes de France et parfois la qualité de leur travail et très médiocre. Ne vous fiez pas aux dessins qu'ils peuvent vous proposer c'est ce qu'on appelle des Flash. Le tatoueur peut être un très bon dessinateur sur papier mais sur la peau ce n'est pas la même chose , demander à voir des photos de leurs œuvres. Comparez aussi les prix, un prix trop alléchant peut être aussi une très mauvaise surprise. Le laser ou un cover vous coûtera beaucoup plus cher.  Regardez sur internet ou chaque année il y a un guide qui sort chez les marchand de journaux où on vous propose par ville les artistes tatoueur avec leur style. Dans le meilleur des cas chaque année dans les grandes villes et même plus petite maintenant il y a des conventions ou des salons du tatouage qui réunissent des tatoueurs de toute la France et du monde entier. Vous pouvez vous faire tatouer sur ces conventions où prendre rendez-vous chez les artistes tatoueurs que vous aurez découvert lors de ces événements.

-Faites vous attention à votre peau et aux encres utilisées par vos tatoueurs ? Je fais attention d'hydrater le plus possible souvent avec de l'aloe vera bio ou entre crème hydratante très respectueuse de la peau et l'encre des tatoueur, j'ai juste constaté qu'elle était à base minérale donc moins allergènes et non pas composer de métaux lourds comme il y a quelques années.

-Le mot de la fin ? Une citation ? "Les gens qui ont vraiment ruiné le monde porte des cravates, pas des tatouages"

Maéva, Ink Girl "Occitanie" 2019

https://www.facebook.com/inkgirloccitanie/

Crédit photo: Barthphotographie et Clothilde Buron

Interview by Christophe Robein

© 2016 All Rights Reserved. Designed by Krys Events