Vaincre grâce au modeling



-Pouvez-vous vous présenter?


« Je m’appelle Tiphaine, j’ai 19 ans. Je suis née dans la commune  de Saint Denis qui se situe au Nord de l’île de la Réunion, mais j’ai grandi à Saint Paul, dans l’Ouest. Après un baccalauréat littéraire option européenne, je suis maintenant étudiante en deuxième année d’anglais à l’université de la Réunion.



-Pour quelle raison avez-vous eu envie de vous faire tatouer?

J’ai découvert le tatouage avec ma mère, qui elle même possède un petit tatouage. J’ai réalisé mon premier tatouage à l’âge de 16 ans. Cela peut paraître relativement jeune pour un grand nombre de gens, mais j’ai toujours été quelqu’un de réfléchi. Je ne regrette aucun de mes tatouages. Ils sont des parties de moi, je ne peux plus m’imaginer sans eux. Pour moi, la réalisation de chacun de mes tatouages précède ou marque une période décisive de ma vie. C’est pour moi une façon de clore une période et d’en commencer une nouvelle tout en gardant une trace de ce que j’étais avant. Mes tatouages, ce sont des reflets de mon histoire, de ma personnalité, des extensions de ce que je suis, des cicatrices qui me rappellent constamment qui je suis et comment j’en suis arrivée là. Ce sont un peu des reflets de mon âme. J’ai eu la chance d’avoir une mère compréhensive qui a accepté ma passion du tatouage. Elle les a accepté car elle connaissait ma détermination et mon désir de les porter. Elle avait compris leur importance pour moi et m’a toujours envisagé comme une personne capable de prendre des décisions mûrement réfléchies. Elle savait que ces tatouages n’étaient pas de simples caprices de ma part.

-Pouvez-vous nous décrire vos plus belles pièces?


Je me suis tatouée un dragon à mes 18 ans, c’est l’une des pièces les plus importantes que je possède de par sa taille et sa signification. Pour moi ils sont avant tout, symboles de chance. Les dragons incarnent également la force, la bonté, le courage, l’endurance mais sont aussi des emblèmes de vigilance, de sécurité et d’esprit de changement. Lors de la réalisation de ce tatouage je sortais d’une période très difficile, cela a été une façon pour moi de clore totalement une page sombre de ma vie et aussi un moyen de me rappeler que j’avais surmonté cette épreuve, aussi qu’aucune autre ne  devait plus m’effrayer quelle qu’elle soit et quelle que soit sa difficulté. C’était une façon pour moi de me dire que rien n’est insurmontable dans le fond.

Le second tatouage que je citerai comme l’une de mes plus belles pièces serait le chrysanthème que j’ai sur la jambe. C’est la seule pièce colorée que je possède. C’est une fleur solaire et je voulais que les couleurs représentent cette caractéristique particulière.

Si je devais citer un dernier tatouage, je penserai au papillon que j’ai sur la gorge. C’est un sphinx. Pour moi, au-delà de l’esthétique de ce tatouage c’est sa signification qui me touche tout particulièrement. Les papillons sont des merveilles de la nature, ils ont une existence éphémère  mais rempli d’événements et subissent une drastique transformation en un laps de temps relativement limité. Pour moi, ils sont symbole de renaissance et de résurrection, mais aussi de métamorphose et de changement. Pour moi, ce tatouage symbolise la croissance et la transformation qui suivent la vie passée. C’est une façon de tourner le dos à ce qui a été négatif.


-Quelles style de tatouage vous correspond le mieux?


Le fait de me faire tatouer par différents tatoueurs m’a permis d’obtenir une certaine diversité dans les styles et les manières de travailler de chacun, ce qui est très enrichissant. Dans le monde du tatouage comme dans la vie de tous les jours en général, tout me passionne. C’est aussi pour ça que je porte différents styles de tatouages, ils reflètent bien mes goûts. Je ne saurais trancher et dire que je préfère tel ou tel style de tatouage, pour moi, le tatouage est un art, et je l’apprécie dans sa globalité. C’est pourquoi je ne saurais pas non plus citer de références dans ce milieu.

-Est ce pour vous une manière de vous démarquer?


Dans la vie je suis intéressée par tout, tout m’intrigue et me passionne. J’aime découvrir de nouvelles choses, faire des  projets inhabituels, rencontrer de nouvelles personnes, voir de nouveaux horizons. J’adore voyager et je compte bien faire au cours de mes études linguistiques au moins un séjour à l’étranger. Je lis énormément, je fais beaucoup de sport (équitation, fitness, randonnées...) j’aime le contact avec la nature. Je suis modèle photo depuis maintenant un peu plus de cinq ans. Je n’ai jamais forcément voulu être modèle au départ. C’est ma mère qui m’a offert mon premier shooting photo, pour que je prenne d'avantage confiance en moi même. J’étais pleine de complexes et bien qu’ils en subsistent encore, la photo m’a aidé à m’accepter en tant que femme, à accepter mon corps et par ce moyen, j’ai réappris à m’aimer. Mais le modeling m’a également permis de faire de merveilleuses rencontres avec des gens formidables, de vaincre ma timidité, de m’ouvrir au monde et aux gens, mais cela m’a aussi appris à être plus tolérante. J’ai longtemps été exclu à cause de la photo. Les gens ont tendance à catégoriser rapidement les modèles, les stéréotypes et les clichés sont ancrés dans l’esprit de bon nombre de personnes (même au XXIème siècle ).Ça a été très difficile à vivre pendant une longue période, le rejet social, les moqueries... mais ce sont des épreuves  dont on se relève plus fort et plus humain et juste pour cette raison je ne regretterais jamais mon statut de modèle et de modèle tatouée. Je ne suis pas inscrite en agence, je ne veux pas que les shooting deviennent une contrainte alors je continue à en faire simplement par plaisir.


-Comment votre famille, enfants, amis ont-ils réagi lorsque vous vous êtes tatouée?


En ce qui concerne mes tatouages, j’ai la chance d’avoir un entourage, qui, même s’il ne cautionne  pas forcément ces pratiques, les accepte pour moi. Mes proches comprennent leur importance à mes yeux et les aiment comme des parties intégrantes de ma personne. Ils ont une vision différente du tatouage plus modérée et plus favorable.

-Quel est le regard des gens?


Je pense que mes tatouages me singularisent. Ils sont des extensions de ma personnalité, ils sont ce que je suis vraiment. Avec le modeling et les tatouages il est vrai que je suis souvent exposée de façon plus ou moins directe au regard des gens. C’est quelque chose, qui, comme je l’ai expliqué précédemment n’a pas toujours été simple à vivre pour moi, mais qui m’a forgée. J’ai appris à me détacher totalement de tout ça, à vivre les choses aujourd’hui et maintenant, à les vivre pour moi. Je sais que les gens qui m’aiment me soutiennent et m’encourageront toujours à faire ce qui me plaît et à réaliser ce qui me tient à coeur. J’essaie réellement de ne tirer que le positif des gens, de ne prendre en considération que ce qu’ils apportent en bien à ma vie.

-Professionnellement, cela vous pose-t-il problème?


Etant encore étudiante, les tatouages ne sont pas pour moi un problème dans l’immédiat mais je suis consciente qu’ils pourraient peut-être être amenés à le devenir par la suite, pour mon futur emploi. A vrai dire ça ne me fait pas vraiment peur, je sais que scolairement j’ai toujours réussi, et que dans le cas où mes tatouages poseraient  vraiment problème je saurai trouver une solution. Je suis une personne déterminée et persévérante, de plus, de plus en plus de personnes sont tatouées de nos jours, les mentalités trop conservatrices commencent à se modifier et je me dis que si je peux aider à briser quelques préjugés et à abattre quelques images toutes faites, je n’en sortirai dans tous les cas que gagnante à la fin. Ma branche d’étude me pousse à beaucoup voyager, et ce n’est pas pour me déplaire. Ça pourrait devenir une « issue » éventuelle en cas de réel problème dû à mes tatouages.

-Quel endroit du corps ne vous tatoueriez jamais?


 Il serait difficile pour moi de faire une liste de mes projets tatouages, ça serait bien trop long, et certains projets viennent après une expérience, lors d’un voyage,... Je n’ai pas pour objectif de me couvrir au maximum, je réalise simplement les tatouages qui m’inspirent comme je vous l’ai déjà expliqué, des tatouages qui ont une réelle signification et une grande importance pour moi. Je pensais ne jamais me tatouer la gorge, jusqu’au mois dernier, alors je ne m’avancerai pas à dire que je ne tatouerai jamais certaines parties de mon corps (même si pour le moment, le visage est pour moi LA zone à ne pas franchir.


-Que conseilleriez-vous aux personnes qui souhaitent faire un premier tatouage?


Si je devais conseiller quelque chose aux personnes souhaitant se faire un premier tatouage ça serait de choisir un motif qui leur plaît autant de part son esthétique que de par sa signification. De choisir un bon tatoueur dont ils auraient un minimum suivi le travail au préalable. Et surtout de se lancer, de ne pas craindre le regard des gens, d’être eux-mêmes.

-Que diriez-vous aux professionnels qui interdisent de dévoiler les tatouages?


Je pense que si je pouvais échanger avec les professionnels qui interdisent de dévoiler les tatouages je leur dirais qu’en 2020 il serait peut-être temps que les mentalités évoluent. Les choses ont déjà commencé à changer avec un nombre croissant de personnes tatouées. Je leur dirai que je ne leur demande pas de comprendre, mais d’accepter et de tolérer cette différence.

-Le mot de la fin? Une citation?


“Wear your heart on your skin in this life” Sylvia Plath

Crédits photos: Antoine Veillard, Mat Hié, Thierry Nikolaeff, Julien Niclin

Boyer Tiphaine, Ink Girl Réunion 2019

https://www.facebook.com/inkgirlreunion/


Interview by Christophe Robein

© 2016 All Rights Reserved. Designed by Krys Events