Vanessa, ma passion, le métal mais pas que...

Pouvez vous vous présenter ? 

Je m'appelle Vanessa, j'ai 47 ans, je suis secrétaire et je vis à Haguenau, tout près de Strasbourg en Alsace. J'ai pour passions la musique (le métal, que je m'emploie à promouvoir dans ma région avec mon acolyte Rock Zed pour MetAlsace) et le dessin.

Pour quelle raison avez vous eu envie de vous tatouer ?

Je suis attirée depuis toute petite par les personnes "pas comme les autres". J'ai donc toujours aimé les tatouages mais j'ai pris mon temps pour savoir ce que je voulais : j'ai commencé plutôt tardivement à l'âge de 33 ans, pour ne plus m'arrêter.

Pouvez vous nous décrire vos plus belle pièces ?

Mon hibou, sur la cuisse droite. Il a été réalisé par Marcus Tattoo à Illkirch (comme la plupart de mes tatouages d'ailleurs) et il est magnifique !! Il représente la sagesse, et le monde de la nuit que j'apprécie particulièrement. Il y a également celui encré sur ma cuisse gauche, fait par Pierro (Encre de Lune à Sélestat) : un ange couplé à un crâne, qui est l'illustration d'une chanson que j'affectionne beaucoup "Bloody Angel" (du groupe Suédois Avatar).



Est ce pour vous une manière de vous démarquer des autres ?

Pas du tout. Le tatouage est un art à part entière et, quand ils sont bien réalisés, ce sont de vrais chefs d'oeuvre. Mais je les fais faire pour moi. Bien sûr j'aime les montrer et j'en suis très fière ! Mais à la base, ils représentent tous quelque chose de symbolique pour moi, des symboles rattachés à ma vie qui sont très personnels. Si personne ne les voyait, peut m'importerait. Je sais qu'ils sont là et je les aime.

Quelles sont pour vous vos références dans le milieu du tatouage ?

Lou tattoo (Clamart) et Marco Manzo (Rome) pour leurs tattoos en dentelle, délicats et féminins ; et le trash polka de Volko Merschky et Simone Pfaff (Allemagne) : style inventé par Volko, très copié mais jamais égalé !

Que diriez vous aux professionnelles qui interdisent de dévoiler les tatouages ? 

"You are not your skin" (littéralement : tu n'es pas ta peau). Cette phrase est tatouée sur l'un de mes poignets : on ne juge pas une personne sur son apparence. Je suis moi-même très tatouée (et j'ai la chance de ne jamais avoir eu de problème par rapport à ça dans mon travail) et mon boulot, je le ferai exactement de la même manière si je ne l'étais pas. Je suis moi-même, et avec ou sans, je suis la même personne.

Faites vous attention à votre peau et aux encres utilisées par vos tatoueurs ? 

Je fais attention à ma peau oui. Je vais très rarement au soleil et quand c'est le cas, je protège toujours ma peau avec une crème solaire. Quant aux encres, je fais confiance aux tatoueurs qui s'occupent de moi, ce sont des pros et ils savent ce qu'ils font.

 Le mot de la fin ? Une citation ?   

"Et si tu tombes 7 fois, toujours se relever 8". Des paroles extraites d'une chanson de Mylène Farmer, inspirées par un livre de Philippe Labro sur la dépression. Dans la vie, on prend des coups, des petits, des super costauds. On peut t'écrouler, se sentir en dessous de tout. Mais il y a toujours une lueur d'espoir quelque part. Il faut juste trouver la force d'y croire et  se relever.



Interview by Christophe Robein

© 2016 All Rights Reserved. Designed by Krys Events